Forum des fans du Sporting de Charleroil
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
-11%
Le deal à ne pas rater :
SAMSUNG 55Q70C – TV QLED 55″ (138 cm) 4K UHD 100Hz
549.99 € 619.99 €
Voir le deal

21 eme journee

3 participants

Aller en bas

21 eme journee Empty 21 eme journee

Message par Electro Mer 20 Jan - 23:32

Je sens l'humiliation venir ....
Electro
Electro
Admin

Messages : 21
Date d'inscription : 13/01/2021
Age : 69

https://rcscfan.ahlamontada.com

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Jeu 21 Jan - 0:35

D1A: Le Standard provisoirement aux portes du Top 4 après son festival offensif à Malines (0-4)

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]

Ils sont en forme...
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Ven 22 Jan - 1:20

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]


Intraitable en début de saison, l’arrière-garde des Zèbres prend l’eau depuis plusieurs semaines. Pour le déplacement à Sclessin de dimanche, Karim Belhocine va devoir solutionner ce problème… sans pouvoir compter sur tous ses défenseurs.

Alors que les déplacements à Sclessin ne sont déjà pas ceux qui réussissent le mieux aux Zèbres ces dernières années, c’est avec une défense décimée et en plein doute que les Carolos prendront la direction de Liège ce dimanche. La blessure de Van Cleemput (dont la déchirure a été confirmée) est ainsi venue s’ajouter à celles de Goranov, Willems et Zajkov, les deux derniers ayant toutefois repris l’entraînement tout en demeurant incertains pour dimanche. Puisque Flanagan n’entre pas en ligne de compte aux yeux du staff, il ne reste plus que trois défenseurs disponibles : Diagne, qui n’a pas été exempt de tout reproche au Parc Astrid, Dessoleil, qui tente de maintenir le navire à flot, et Kayembe, qui ne traverse pas la meilleure période de sa carrière zébrée. Difficile, dans ces conditions, de retrouver un semblant de solidité face à des Liégeois qui viennent d’en planter quatre à Malines, une formation qui restait sur quatre succès consécutifs dont l’un… au Mambourg.

Un changement de système ?

« Cette succession de blessures explique évidemment cette inefficacité défensive », analyse Thierry Siquet, ex-défenseur et dernier T1 zébré à s’être imposé à Sclessin. « À la fin du match à Anderlecht, il ne restait plus qu’un défenseur et demi sur la pelouse (NDLR : Dessoleil a fini le match en grimaçant). Ça fait beaucoup et Hendrickx et Gholizadeh, replacés aux backs, ne maîtrisent logiquement pas cette position à la perfection. Quand l’équipe est en confiance et tourne, ça peut marcher, mais là, ça vient s’ajouter à un contexte déjà délicat… »

Il faudra malgré tout trouver des solutions dès ce dimanche si Karim Belhocine veut éviter le premier 0/15 carolo depuis novembre… 2010 et la saison de la relégation ! « Il est difficile d’énumérer des solutions en ne côtoyant pas le noyau tous les jours mais il faut avant tout remobiliser le groupe mentalement et essayer de faire une bonne prestation au Standard. Il faut ce petit déclic dans la tête car, autant ils montaient sur le terrain en étant certains de gagner en début de saison, autant ils se retrouvent dans la situation inverse maintenant. »
Et pour ramener un peu de solidité, un passage à trois défenseurs centraux pourrait être une option, à l’image de ce que Belhocine avait mis en place lors du nul signé contre Courtrai le 7 décembre et qui avait justement permis de mettre fin à une série de revers. Mais cela ne semble envisageable qu’en cas de retour de Willems. « C’est une réelle possibilité qui permettrait de colmater un peu le tout et de boucher un maximum d’espaces mais il faut trouver les joueurs capables de faire ce qu’on va leur demander sur les flancs.

L’expérience de Gillet

À droite, si le coach souhaite quelqu’un qui manie le ballon et qui peut reconstruire, Hendrickx pourrait le faire alors que s’il s’oriente plutôt vers des qualités d’abattage, de puissance et de percussion, Fall pourrait couvrir le côté. »

En cas de maintien du système en place, un repositionnement de Guillaume Gillet au poste de latéral droit est aussi possible, mais cela n’avait justement pas souri aux Zèbres lors du match aller, l’ex-Diable ayant notamment été éliminé par Duje Cop sur l’ouverture du score de Balikwisha. « Et puis, cela veut dire qu’on l’enlève du milieu », réfléchit Thierry Siquet. « Cependant, son expérience pourrait rassurer un peu ce flanc droit qui est en quelque sorte abandonné. »

« souci mental »

Mais au-delà de la ligne arrière, les Zèbres devront plus globalement retrouver leur organisation et remporter davantage de duels que ce mardi à Anderlecht (3 sur 10) pour espérer réaliser un résultat. « Quand une équipe encaisse, ce n’est pas toujours de la faute de la défense. Là, le souci est surtout mental. Aux défaites s’ajoutent les blessés et au final, cela agit sur tout le groupe. Mais un Standard-Charleroi est un match particulier et il leur faut peut-être justement ça pour les relancer. Revenir de Sclessin avec au moins un point pourrait les relancer. Mais il faut être prêt mentalement pour réaliser ce genre de chose. »

La NG
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 0:22

L’entraîneur du Standard Mbaye Leye fait le point avant la réception de Charleroi: «J’ai un groupe de gentils garçons…»

Après trois succès pour ses débuts à la tête du blason liégeois, l’ancien attaquant du club Mbaye Leye veut enchaîner face à Charleroi. Un premier choc wallon dans le costume de T1 pour le Sénégalais, qui a fait le point sur cette joute très importante pour les fans.

L’entraîneur du Standard Mbaye Leye fait le point avant la réception de Charleroi: «J’ai un groupe de gentils garçons…»
Après un neuf sur neuf pour ses débuts, Mbaye Leye s’apprête à vivre son premier choc à la tête du Standard. Pour son premier derby wallon, les attentes des supporters seront évidemment grandes, surtout au vu des bonnes prestations récentes des Rouches. Mais l’entraîneur ne veut pas d’une pression supplémentaire inutile, il veut simplement que ses joueurs continuent leur marche en avant. « Je prends ce match comme les trois premiers, face à Waasland-Beveren, au Cercle de Bruges et à Malines », a expliqué le principal intéressé en conférence de presse ce vendredi. « La seule différence, c’est que c’est un derby. Ce qui augmente évidemment son importance aux yeux des supporters. Pour nous, cela reste trois points que l’on doit engranger pour avancer, parce que c’est ça le plus important. Il faudra montrer la même mentalité et le même jeu que depuis le début. Il faut essayer de consolider ça. Vous le faites une fois, deux fois, trois fois, puis l’opposition va commencer à s’y préparer. Mais, pour nous, ça ne change pas grand-chose, ça devient notre style, nos automatismes, et on va continuer là-dessus. »

D’un côté, le Standard semble en très bonne forme, affichant un bien meilleur visage que sous Philippe Montanier. De l’autre, les Zèbres traînent un peu la patte ces derniers temps. La preuve avec cette cinglante défaite à Anderlecht (3-0). Mais le mentor liégeois refuse que l’on colle l’étiquette de favori à son blason. « On n’est pas favoris, il est bien trop tôt pour affirmer ça. Charleroi a eu des moments difficiles dernièrement, mais cela reste une équipe plus que valable, une équipe qui va tout faire pour jouer les playoffs 1. Et ils ont les capacités d’y arriver. Ils ont quelques joueurs d’expérience qui peuvent porter l’équipe quand ça va mal et leur permettre de revenir. Il n’y aura donc pas de favori, je pense que ce sera une rencontre équilibrée et assez ouverte. »

Même si les hommes de Belhocine éprouvent quelques difficultés en ce moment, il n’en demeure pas moins qu’il y a de la qualité dans cet effectif. Qui pourrait bien avoir un sursaut d’orgueil dimanche. « Charleroi a du caractère, même sans être blessé », poursuit le coach sénégalais. « La défaite subie à Anderlecht va leur donner encore plus l’envie de revenir et de montrer quelque chose chez nous. Mais j’ai tendance à me focaliser en priorité sur mon équipe. Quand on voit ce que l’on a montré, on ne peut plus se permettre de descendre, il faut au minimum garder notre niveau. On a montré du caractère au Cercle et du jeu contre Waasland et à Malines, mais il faut désormais répéter. Le foot, c’est ça : répéter, répéter et répéter. Et c’est tout ce que je demande à mes joueurs. Pour l’instant, on est sur une pente et on est en train de monter. Ce que l’on fait depuis le premier match est positif, donc il faut continuer. »

Si le jeu principautaire affiche de bien plus belles couleurs qu’auparavant, il reste tout de même du travail à effectuer pour les Rouches. Et l’ancien buteur le sait mieux que quiconque. « Il faut que l’on améliore nos débuts de match. Souvent, les vingt premières minutes, on cherche la confiance et, à chaque fois, c’est quand on marque ce premier but que l’on commence à voir le vrai visage de notre équipe. Cela n’a rien à voir avec l’intensité ou le pressing, c’est plutôt sur l’attention portée à nos passes et à nos infiltrations. Le match face à Charleroi est très important pour nous, donc il faudra l’entamer pied au plancher. Ce qui veut dire que, dans notre agressivité sur le ballon, il faudra être à un bon niveau. On n’aura pas le droit à la moindre erreur de concentration. »

Car il est bien là le défaut des Liégeois : la concentration. Lors de chaque rencontre, il semble y avoir systématiquement au moins un moment de flottement dans la défense du matricule 16. Pour preuve, ce but évitable encaissé face à Waasland-Beveren, ce poteau de Hotic, qui a failli faire perdre deux points au Standard contre le Cercle, ou encore cette latte de Kaya lors de la dernière rencontre. La faute, peut-être, à un certain manque de personnalité forte dans cet effectif. « C’est quelque chose qui est dans le noyau. J’ai un groupe de gentils garçons. On dit souvent que l’on ne veut pas de caractère de merde dans un groupe mais, parfois, ça peut aider pour réveiller tout le monde. Mais je suis très satisfait de ce que j’ai à ma disposition », conclut Mbaye Leye.

La NG
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 0:24

Standard - Charleroi, Bruges - Genk, Tottenham - Liverpool...: voici les commentateurs de votre week-end foot sur Eleven et VOO


18h15 - D1A - Standard - Charleroi (EPL1) - Commentateurs: Benjamin Deceuninck et Olivier Doll. Journaliste bord terrain : Vincenzo Ciuro



[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 0:55

Geoffrey Mujangi Bia: «Je ne savais pas que ça faisait si longtemps»

Avant de faire les beaux jours du Standard, Geoffrey Mujangi Bia avait lancé sa carrière au Mambourg. Il fait partie de la dernière équipe carolo à s’être imposée à Sclessin.

Arrivé dans le noyau A carolo lors de l’exercice 2006-2007, Geoffrey Mujangi Bia a connu sa première titularisation à Sclessin en décembre 2007. Un match lors duquel, il était passé par toutes les émotions puisqu’il avait inscrit son premier but en D1, d’une reprise acrobatique. Ce but n’avait toutefois permis que de rendre l’addition moins corsée pour des Zèbres alors menés 5-0 et finalement battus 5-1. «C’était face au grand Standard, lors de ma première titularisation. Ce but n’a rien rapporté à l’équipe, mais au-delà du résultat, marquer son premier but fait toujours plaisir, surtout qu’il était beau», sourit-il. Après avoir marqué son premier but à Sclessin, il fait aujourd’hui encore partie de la dernière équipe sambrienne à s’être imposée à Sclessin, le 31 octobre 2008.

Quels souvenirs avez-vous de cette rencontre?

Je me rappelle qu’on avait gagné 1-2 en fin de match. Le 1-2 est venu après un coup franc suite à une faute de Dante sur moi si je me souviens bien. Je ne savais pas que ça faisait aussi longtemps que Charleroi n’avait plus gagné là-bas.

Avez-vous une explication par rapport à ça?

On va dire que je suis honoré d’avoir fait partie de la dernière équipe qui a gagné là-bas, mais vu que je suis passé de l’autre côté ensuite, tant mieux de ne pas avoir perdu à domicile contre Charleroi. Tout le monde sait ce que Sclessin représente et y jouer est difficile. Tant mieux pour le Standard, mais c’est difficile d’y trouver une vraie explication.

Le fait de jouer à huis clos cette fois peut-il avantager Charleroi?

Une équipe comme le Standard perd clairement son 12e homme. Il y a tellement de fans que la pression se faire ressentir malgré tout, via les réseaux sociaux, mais c’est sûr que pour le Standard, c’est une perte de jouer sans public. Et c’est donc un avantage pour les visiteurs.

En ayant connu les deux clubs, de quel côte ce match est-il le plus attendu?

En tant que Carolo, on veut montrer au Standard qu’on est là et on veut tout faire pour le battre. On veut montrer qu’on n’est pas le petit club et qu’on veut se faire respecter. C’est un défi. On regarde vers le haut en se disant qu’on va leur montrer qu’on n’a pas peur. Au Standard, on sait que c’est important pour les supporters. Du côté de Sclessin, le gros match, c’est le Classico, mais le match contre Charleroi est quand même un match qu’il faut absolument gagner parce qu’il faut montrer la supériorité du Standard sur son voisin. Charleroi est une équipe qui va tout donner et qui ne se laissera pas faire, ça se sait au Standard. C’est un combat pour lequel il faut être prêt.

Vous avez débuté votre carrière à Charleroi, mais avez joué plus de matches au Standard (117 contre 63). Quel club a le plus compté pour vous?

J’ai débuté à Charleroi et je remercie le club pour la confiance à ce moment-là, mais mes meilleurs souvenirs sont au Standard. Cette période-là m’a plus marqué que quand j’étais à Charleroi. Au Standard, c’est encore une autre dimension avec tout le respect que je dois à Charleroi. Charleroi, c’est un club spécial, mais ce n’est pas le Standard.

Vous étiez passé de Charleroi au Standard, comment ça avait été perçu?

Je venais finalement plus de Wolverhampton, où j’avais été prêté. C’était donc un peu différent même si au final, c’était bien un transfert de Charleroi vers le Standard. Les supporters de Charleroi ne m’accueillaient pas les bras ouverts ensuite, c’était assez particulier, sans pour autant que ce soit excessif. J’ai passé cinq ans à Charleroi et c’est bizarre de retourner dans son club et sentir que tu es l’ennemi. Tout le monde aimerait revenir dans son ancien club et être bien accueilli, mais quand tu fais Charleroi – Standard, ce n’est pas idéal pour ça (sourire).

Vous avez connu la Turquie et ses chaudes ambiances, où situez-vous le choc wallon par rapport à ça?

J’ai vécu les chocs wallons dans le Mambourg avant les derniers aménagements, des amis venaient avec des tickets, mais n’avaient plus de place en tribunes. Quand on montait sur le terrain, le stade était rempli. Sclessin est resté comme ça, mais les changements au Mambourg ont enlevé un peu le côté chaudron. Mais ce match n’a rien à envier à d’autres en termes d’ambiance, même si en Turquie, j’ai connu des stades plus grands. Tant que ce n’est pas excessif et que ça reste dans les limites, le folklore autour de ce type de match fait la beauté du foot. La pression des supporters, les banderoles, on a envie de vivre ça en tant que joueur.

Quel regard portez-vous sur la saison des deux clubs?

Charleroi avait fait un très bon début de saison, mais a du mal à tenir la cadence. Son jeu est basé sur l’intensité et sans un gros noyau, le rythme est difficile à tenir. Le Sporting doit être plus régulier pour arriver à quelque chose. Et il doit trouver un nouveau souffle. Au Standard, il y a une nouvelle dynamique après des débuts mitigés avec Montanier. Je pense que c’est prometteur et le Standard pourra faire mal sur la suite. Heureusement car il peut et doit faire mieux qu’en début de saison.

À Sclessin et vu les dynamiques, le Standard est-il favori pour ce match?

Je dirais que c’est du 60-40 pour le Standard, mais attention à un animal blessé. La dynamique ne compte pas avant ce genre de match. Ce sont des matches propulseurs. Peu importe l’historique récent, que tu sois en forme ou non, tu dois gagner ce match. C’est le type de match idéal pour se relancer pour Charleroi.

GEOFFREY MUJANGI BIA EST TOUJOURS SOUS CONTRAT AVEC LE MACCABI PETAH TIKVA, MAIS EN QUÊTE D’UN NOUVEAU DÉFI DEPUIS DE LONGS MOIS

« Je pourrais payer pour rejouer au foot dans un stade »

Son cas est un peu particulier puisque Geoffrey Mujangi Bia est toujours officiellement sous contrat du côté de l’Hapoel Petah Tikva où « une solution devrait bientôt être trouvée pour mettre fin au contrat », et où surtout il regrette d’être parti pour suivre Guy Luzon. « Mais ce qui est fait est fait », déclare-t-il sans vouloir se morfondre. « Qu’on regrette ou pas un choix, on l’a fait à un moment, c’est comme ça. »

Toutefois, sous contrat ou non, l’ancien joueur de Charleroi et du Standard a faim de football. « Le plus difficile, c’est d’avoir toute la motivation du monde, mais de voir énormément de portes être fermées. Je regarde les matches et j’ai largement le niveau pour encore jouer en D1A ou D1B. Je peux encore apporter quelque chose, mais il faut que quelqu’un m’accorde sa confiance pour ça », confie-il.

Les perspectives sont en effet un peu compliquées en ce moment, même s’il n’est pas resté sans le moindre coup de fil ces derniers mois. « J’ai eu des propositions, mais il y a des choses que je ne peux pas accepter. Je ne veux pas aller au bout du monde pour jouer à un niveau qui ne m’intéresse pas. Je ne veux plus jouer pour l’argent, mais pour faire ma passion. »

Et c’est finalement parce qu’il est privé de ce sport qui lui a tant apporté que Geoffrey Mujangi Bia prend encore plus conscience de l’amour qu’il a pour le ballon. « Tant que j’étais dedans, je ne pensais pas aimer le foot à ce point-là. Comme on le dit souvent, c’est en perdant les choses qu’on se rend compte de leur valeur. C’est mon cas avec le foot actuellement. Je pense que je pourrais payer pour rejouer au foot dans un stade. »

À propos de l’argent, il estime qu’il en est trop souvent question dans le foot. « On relie toujours foot et argent, mais la passion a plus de valeur que l’argent. Rien ne pourrait me donner la satisfaction que me procure le fait de jouer. »

S’il se veut résolument optimiste, l’éphémère international belge sait qu’il ne pourra pas rattraper le temps perdu. « Il y a des milliers de métiers, mais celui de footballeur a une durée de vie limitée. Tu peux être journaliste jusqu’à 65 ans, mais pas footballeur. C’est très beau de vivre de sa passion, mais à un moment ça s’arrête. Là, il me reste quelques années, mais le temps qui passe me rapproche de la fin et c’est du temps que je ne pourrai jamais rattraper. C’est rageant », assure encore celui qui n’a pas l’intention d’abandonner pour autant. « Il y a assez d’exemples de footballeurs qui ont rebondi après des moments difficiles. J’attends de pied ferme qu’on me donne une nouvelle chance, mais il n’y a pas un seul jour où je pense à arrêter. »


La NG


Dernière édition par english man le Sam 23 Jan - 2:02, édité 1 fois
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 1:47

Un choc wallon pour relancer les zèbres

DIDIER SCHYNS

Entre un Standard reboosté qui espère confirmer ses bonnes dispositions actuelles et un Sporting de Charleroi désireux d’enrayer la spirale négative et de mettre un terme à sa série de quatre défaites consécutives, le rendez-vous important que Sclessin abritera dimanche dépassera très largement le cadre de l’hégémonie wallonne pour s’inscrire pleinement dans la course à la qualification pour le top 4.

Si Charleroi avait débuté l’année 2021 avec huit longueurs d’avance sur le Standard, il n’aura fallu que dix jours au club liégeois pour gommer son handicap et, mieux encore, repasser devant son grand rival carolo au classement, juste avant un choc wallon qui, dimanche à Sclessin, pourrait redistribuer pas mal de cartes. Et permettre de se (re)positionner dans la course effrénée à la qualification pour un top 4 qu’ils sont encore nombreux à briguer.

Les choses évoluant décidément très vite, c’est, sur papier, le Standard qui partira avec les faveurs du pronostic. Parce qu’il évolue à domicile, même si on sait qu’en ces temps chahutés de Coronavirus cela ne revêt plus la même importance, mais aussi et surtout parce que la dynamique positive instaurée par Mbaye Leye depuis son entrée en fonction comme T1 a débouché sur une série de trois victoires consécutives et modifié complètement le décor en bord de Meuse. « Non, on ne sera pas favoris », répond le technicien sénégalais. « Charleroi a connu des hauts et des bas mais cela reste une équipe plus que valable, qui possède les capacités pour jouer les Playoffs 1 et s’appuie sur des joueurs expérimentés capables de redresser la situation lorsque les événements ne tournent pas dans le sens souhaité. Il n’y a pas de favori, ce sera du 50-50 dans un match ouvert où les deux équipes devront être à leur maximum pour l’emporter. »

3 buts sur les 5 derniers matches

Match ouvert ? Peut-être pas dans le sens où on l’entend généralement, tant les cinq derniers rendez-vous entre le Standard et Charleroi disputés à Sclessin, de plus en plus musclés et cadenassés, ont accouché de trois maigres buts et de trois nuls blancs. Plus globalement, les Zèbres n’ont trouvé l’ouverture qu’à six reprises en 13 confrontations, depuis leur dernier succès en bord de Meuse, fêté le 31 octobre 2008 lorsqu’un but sur le tard de Habib Habibou, après l’égalisation de… Benjamin Nicaise, avait permis au Sporting de décrocher le jackpot.

Si, comme on le dit souvent, c’est dans l’adversité qu’on voit le vrai caractère d’une équipe, on sera fixé, dimanche sur le coup de 20 heures, sur celui que possède le Sporting actuel, habitué aux montagnes russes depuis le début de la saison, avec une série de 6 victoires de rang pour démarrer, suivies de cycles de 3 défaites consécutives, de 3 succès et de 4 revers à nouveau, série en cours. « La majorité des équipes ont fait des séries de ce type », explique Karim Belhocine. « Même Bruges l’a expérimenté en début de saison. Les effets du Covid ont resserré les rangs et le classement, avec ces cycles de victoires et de défaites qui s’enchaînent. Cela aide à se dire qu’il n’y a aucune raison que ça ne reparte pas dans le bon sens… »

Ne pas faire comme en 2010

C’est le défi que les joueurs carolorégiens voudront relever dimanche, pour ne pas voir leurs rivaux directs prendre leurs distances mais aussi pour éviter de marquer négativement l’histoire du matricule 22. C’est qu’il faut remonter à l’année 2010 pour trouver trace d’une série de cinq défaites consécutives en championnat. Cette saison-là, qui avait vu Charleroi être relégué en division 2, le Sporting avait aligné, du 6 novembre au 29 décembre, 7 revers d’affilée. « Peu importe la qualité de l’adversaire, il faut montrer qu’on vaut mieux que ce qu’on a produit mardi à Anderlecht », insiste Karim Belhocine, désireux de remettre son équipe sur le droit chemin. « Les matches s’enchaînent. Il faut être capable de tourner le bouton et se projeter vers l’avenir plutôt que de ressasser le passé. »

De ces considérations, le Standard, qui est dans une dynamique opposée, n’aura cure. Le choc wallon devra lui permettre de confirmer ses bonnes dispositions actuelles. « Charleroi a du caractère même quand il n’est pas blessé », confie Mbaye Leye. « Mais je préfère me focaliser sur mon équipe. Tant en termes de jeu que de mentalité, il faut conserver le niveau. C’est ça le football : répéter sans cesse les bonnes prestations… »

La NG
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 2:08

STANDARD – SC CHARLEROI (DIMANCHE, 18H15)

Nicolas Raskin a déjà bien grandi

Depuis son but au Mambourg, début octobre, il n’a cessé de progresser

JONAS BERNARD

C’est lors du déplacement à Charleroi, le 4 octobre 2020, que Nicolas Raskin, buteur mais pas que, avait pris une nouvelle dimension. Avant de retrouver les Zèbres, focus sur l’ascension du « minot » qui, s’il a encore beaucoup à apprendre, est déjà passé du statut de simple espoir à celui d’élément incontournable au Standard.

1 Un ratisseur aux pieds d’or plutôt qu’un métronome

Une frappe croisée du pied gauche, simple en apparence mais techniquement bien maîtrisée pour un droitier. Avec ce but, Nicolas Raskin avait mené les Rouches vers une victoire de prestige au Mambourg (1-2) le 4 octobre dernier. « Un souvenir pour la vie », disait-il, et un succès qui était censé être le déclic, quelques jours avant la réception de Bruges, mais qui fut finalement le dernier vrai coup d’éclat du Standard avant une longue série noire que cette performance ne laissait présager.

Pour Raskin, ce match cinq étoiles lui a tout de même permis de faire un grand bond en avant dans sa jeune carrière. « Très agressif, il a énormément percuté, a toujours tenté de jouer vers l’avant », écrivait-on à l’époque. Cette agressivité, on la retrouve encore aujourd’hui : Raskin est l’un des joueurs qui commet le plus de fautes (46) en D1A avec Joachim Van Damme du FC Malines. Il récupère également environ un ballon sur deux dans le camp adverse, ce qui est assez unique.

Par contre, ce jeu vers l’avant est peut-être moins son dada pour l’instant, même s’il reste très précieux dans les relances offensives. Positionné aux côtés de Bastien et non devant, Raskin excelle dans le pressing et dans la récupération donc, en témoigne le but marqué par Lestienne au Cercle. « Je peux jouer en six ou en huit, mais le poste de médian défensif est clairement mon préféré », a déjà rappelé le principal intéressé. Philippe Montanier le voyait, lui, plutôt comme « un box-to-box », avec un gros volume de jeu, mais à l’image de Gavory ou Amallah, le natif de Waremme s’épanouit davantage en s’éparpillant un peu moins sur la pelouse depuis l’arrivée de Mbaye Leye.

Les qualités techniques du garçon donnent l’impression qu’il vaut beaucoup mieux que cela, qu’il doit être plus créatif et offensif, mais pour l’instant, Raskin porte à merveille ce costume du « ratisseur » acharné plutôt que celui du chef d’orchestre élégant et soigné.

2 Un leader en devenir : le Standard en a besoin sur le terrain

Rapidement mis sous les projecteurs de par son parcours, Nicolas Raskin s’est vite vu attribuer le rôle de leader en l’absence de Zinho Vanheusden. Un déchargement de responsabilités que le Liégeois a subi de par ses performances sportives sur le terrain – le terme de « Raskin dépendance » avait été utilisé à plusieurs reprises –, mais il y a là deux compétences bien distinctes. Ce sont surtout les plus anciens qui auraient dû prendre le relais lorsque le capitaine des Rouches s’est gravement blessé début novembre. « Car au Standard, tu as besoin de leaders, de joueurs qui savent ce que représente ce club, ce dont les supporters ont besoin », estimait d’ailleurs Mbaye Leye à son arrivée à Sclessin.

Si on a pu observer un changement de comportement dans son chef, à Malines notamment où il a beaucoup communiqué avec ses partenaires et son coach, Raskin est surtout, pour l’instant, un joueur qui joue avec ses pieds plutôt qu’avec sa bouche. Dans la construction du jeu telle que Leye l’ambitionne, il n’est pas non plus celui par qui tous les ballons passent, Amallah assurant davantage cette mission. Malgré cela, il a indéniablement pris une place plus importante, que ce soit sur la pelouse mais aussi dans le vestiaire, où il n’hésite pas à prendre la parole quand il le faut. Et ce constat ne devrait que s’accentuer d’ici la fin de saison…

3 De la constance et moins de déchet technique à l’avenir

À 19 ans, Nicolas Raskin n’est encore qu’un adolescent, avec toute l’insouciance qu’elle comporte. Cette saison n’est jamais que sa première en tant que professionnel. Et si brillant soit-il, il doit forcément encore améliorer son jeu et trouver sa véritable place.

Malgré des qualités intrinsèques au-dessus de la moyenne, le médian pèche malgré tout dans un domaine bien précis : avec « seulement » 80 % de passes réussies en moyenne, Raskin sait que son jeu comporte encore beaucoup de déchet. « C’est ce qu’on doit vraiment améliorer, y compris moi », rappelait Selim Amallah mercredi à Malines.

Certes, ces chiffres ne traduisent pas simplement des imprécisions techniques, ils sont également la preuve que Raskin aime prendre des risques sur la pelouse, et cela, c’est évidemment très positif. Malgré tout, les matches contre Waasland-Beveren et au Cercle de Bruges ont laissé entrevoir quelques égarements au moment d’exécuter des gestes simples, les fameuses « passes à deux mètres », ce qui ne peut évidemment pas arriver trop souvent au plus haut niveau. Mais ça, Raskin a encore beaucoup de temps devant lui pour y remédier.

La NG
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 2:10

NICOLAS GAVORY

« Ne pas revivre ce qu’on a vécu en décembre »

J.B.

Nicolas Gavory est l’un des joueurs qui a souvent été critiqué en première partie de saison, pour ses largesses défensives mais aussi pour ses imprécisions ou son manque d’apport offensif. « Si Nico ne centre pas une fois et que Hugo (Siquet) centre 15 fois, c’est qu’il y a une volonté derrière cela », tempère toutefois Mbaye Leye. Depuis trois matches, le Sénégalais fait en effet en sorte que le Français ne s’éparpille plus sur le terrain et pour l’instant, ça fonctionne ! « J’ai un rôle différent de celui que j’ai eu ces six derniers mois, c’est vrai. À la base, je suis évidemment un joueur plus offensif. Mais on avait besoin de retrouver de la solidité en défense. Je fais moins de courses de haute intensité, ce qui me permet de dépenser moins d’énergie. C’est un choix du coach et cela me convient très bien », assure le latéral gauche.

À Charleroi, il sera encore l’un des joueurs sur lesquels son coach pourra pleinement compter. Que ce soit sous Montanier ou Leye, il a de toute façon toujours été appelé : il reste notamment sur 16 matches disputés de rang. « Ça fait plaisir. J’essaye de rendre toute cette confiance à mes entraîneurs sur le terrain. Je sais que je n’ai pas été à mon niveau en première partie de saison, mais ce fut le cas pour toute l’équipe. Là, on est reparti sur une bonne dynamique. On sait par quel chemin on est passé en décembre, on ne veut plus revivre ça. »

La NG
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 2:15

EXPRESS

Trois joueurs et un coach menacés de suspension

STANDARD

Tests.
C’est ce samedi qu’on connaîtra les résultats des tests au Covid-19 que les joueurs liégeois ont effectué vendredi matin.

Cimirot.
Ne s’étant pas encore entraîné collectivement, il ne devrait pas entrer en ligne de compte pour le match de dimanche même si son test venait à être négatif.

Siquet.
Ménagé mercredi à Malines, le jeune arrière droit est opérationnel.

Fai.
Blessé aux adducteurs, il poursuit son travail individuel et ne devrait pas effectuer son retour à l’entraînement avant deux semaines.

Amallah.
S’il écope dimanche de sa 5 e carte jaune de la saison, il loupera le long déplacement de jeudi prochain à Ostende.

Arbitre.
C’est Jonathan Lardot qui dirigera, pour la première fois de sa carrière, le choc wallon. L’arbitre liégeois a sifflé le Standard à trois reprises cette saison (succès 1-0 contre le Cercle, défaite 1-0 à OH Louvain et 0-0 à Anderlecht) et une fois Charleroi, à Genk (défaite 2-1). C’est Jan Boterberg qui officiera dans le VAR.

CHARLEROI

Menacés.
Gholizadeh, Morioka et Belhocine sont toujours menacés de suspension. Ils louperont donc la réception d’OHL mercredi en cas de bristol jaune dimanche.

Sélection.
Elle sera dévoilée ce samedi après-midi, après le dernier entraînement de la semaine.

Descamps.
Le dos du portier français commence à aller mieux. Si cela se confirme ce samedi, il pourrait réintégrer la sélection.

Teodorczyk.
Malade en début de semaine, l’attaquant est à nouveau opérationnel et devrait être repris.

Incertains.
Willems et Zajkov ont partiellement repris, mais restent très incertains pour le match de dimanche.

Tubize.
C’est au Centre national de Tubize que les Zèbres se sont entraînés vendredi.

La NG
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 4:08

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
La DH
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 4:10

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 4:13

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir cette image]
DH
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 11:10

Avant Standard – Charleroi ce dimanche, revivez en vidéos les derniers chocs wallons

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 22:58

Ancien zèbre et rouche, Eric Van Meir analyse la situation des deux clubs wallons: "Je ne vois pas le Standard et Charleroi dans le top 4"

Entraîneurs, mercatos et dynamique actuelle : Eric Van Meir analyse la situation des deux clubs wallons par où il est passé.

Ancien zèbre et rouche, Eric Van Meir analyse la situation des deux clubs wallons: "Je ne vois pas le Standard et Charleroi dans le top 4"

Ancien zèbre et rouche, Eric Van Meir analyse la situation des deux clubs wallons: "Je ne vois pas le Standard et Charleroi dans le top 4"

Les Liégeois sourient et les Zèbres pleurent ? Certes la dynamique est opposée entre les deux clubs wallons. Il n’empêche que la situation est assez similaire. Deux équipes très irrégulières qui totalisent presque le même nombre de points, aux portes des Champions playoffs, à moins d’un tiers de la fin de la phase classique.

Pour Eric Van Meir, milieu de terrain du Sporting de 1991 à 1996 puis défenseur central du Standard au début des années 2000, les deux formations wallonnes ne se qualifieront pas pour le top 4. " Avec des playoffs traditionnels à six équipes, probablement. Mais là, je trouve que d’autres équipes sont mieux armées. Bruges et Genk, évidemment. Mais aussi l’Antwerp et Anderlecht. Pour moi, le Standard et Charleroi ne seront pas dans le top 4."

La dynamique actuelle
Après les trois revers consécutifs, entre novembre et décembre, Charleroi vient d’enchaîner quatre défaites. "C’est trop, deux crises sur une saison", commente celui qui est devenu consultant pour Telenet. "Heureusement que les Zèbres avaient pris un bon départ. Ce n’est pas la seule équipe à connaître des moments difficiles mais ça fait beaucoup. Les Carolos n’ont gagné que deux de leurs sept dernières rencontres à domicile, c’est trop peu. Peut-être qu’un match tous les trois jours, c’est trop pour le Sporting hennuyer. Le noyau n’est pas assez large, ce qui entraîne une baisse de niveau. Pour moi, c’est surtout défensivement qu’ils craquent, à cause d’erreurs individuelles. C’était flagrant à Anderlecht, avec les penaltys concédés et le but du 3-0 qui tombe sur une rentrée en touche pour Charleroi, dans sa propre moitié de terrain. C’est difficile de sortir la tête de l’eau quand tu encaisses suite à des erreurs individuelles."

Les Rouches, eux, ont justement réussi à sortir la tête de l’eau, avec trois succès de rang. "Le Standard joue dans la verticalité. Sur les quatre buts contre Malines, il y a beaucoup de passes en profondeur et surtout des courses sans ballon. C’est très important. Ils ne prennent pas de risques dans leur camp et tous les joueurs ne demandent pas le cuir dans les pieds. Carcela, par exemple, a besoin de toucher le ballon quinze fois avant de le donner. Mais dans le football moderne, ce sont plutôt une ou deux touches et des appels. Contre Waasland, le score était forcé et, contre le Cercle, ce n’était pas très convaincant. Mais il faut souligner l’esprit d’équipe ; ils forment à nouveau un groupe soudé."

Leye adoubé, Belhocine critiqué
Que ce soit au niveau de la mentalité ou du bilan comptable, Mbaye Leye a réussi ses débuts à Sclessin. "Il avait déjà gagné la confiance du noyau en tant qu’assistant de Michel Preud’homme la saison passée. Il connaît bien ses joueurs également. Et puis il a compris qu’au Standard le plus important est de faire des choses simples. Une séance de théorie de plus d’une heure ou des grandes tactiques ne sont pas primordiales. Il faut jouer simple, à l’instinct. Là, il est déjà très respecté et ses joueurs ont fait le plein de confiance."

Ce qui semble cruellement manquer dans le camp d’en face, où les supporters critiquent de plus en plus ouvertement Karim Belhocine.

"Quand tu réalises une mauvaise série, les joueurs doutent et les dirigeants aussi. Mais je ne vois pas de signal qui ferait penser à un problème avec Belhocine, même si ces résultats ne peuvent pas durer trop longtemps. Les choix tactiques de Belhocine n’expliquent pas les défaites. C’est plutôt l’accumulation des matchs. Je pense que tous les joueurs doivent être plus disciplinés, prendre moins de risques, commettre moins de fautes. Ils devraient adopter un style de jeu plus direct, plus vertical, en jouant vers l’avant, afin d’éviter les pertes de balle dans leur partie de terrain. La manière importe peu ; il faut prendre des points. Ils affrontent le Standard, OHL et Courtrai : ils devront au moins prendre 5 points, pour accrocher le bon wagon. La question c’est : dans quel état physique se trouvent-ils ?"

Un mercato important
La direction liégeoise a déjà recruté un attaquant, avec Klauss. En faudrait-il un de plus?

"Ce qu’il manque ? Un Carcela qui fait la différence, comme il y a quelques années. Lestienne joue mieux, Amallah est excellent balle au pied et marque. Pour moi, il manque un attaquant qui la met au fond. Tu ne peux pas tout miser sur Klauss. Il est transféré au mercato hivernal et a besoin de temps pour s’adapter au style de jeu mais aussi au rythme. Or, le Standard joue tous les trois jours en ce moment. Je pensais qu’Avenatti allait saisir sa chance cette saison ; ce ne fut pas le cas. Il se retrouve avec Oularé dans le noyau B. Je suppose que la direction veut se débarrasser des gros contrats, vu les problèmes financiers. Le contexte économique n’est pas idéal."

À Charleroi, Goranov n’a joué que 3 minutes depuis son arrivée, Flanagan aucune. Zajkov est en partance alors que Willems s’est blessé à Ostende. La direction devra trouver des solutions durant ce mercato pour renforcer le secteur défensif.

"Et, offensivement, Teodorczyk doit revenir dans le coup ; c’est à lui de marquer les buts. Rezaei a aussi du mal à retrouver ses sensations. Tout comme Berahino. Sur le papier, Charleroi a les qualités. Mais Teodorczyk ne joue pratiquement jamais, par exemple. Tu ne peux pas remettre toute la responsabilité sur le jeune Nicholson durant toute la saison, même s’il met ses buts. Le noyau est bon en théorie, mais avoir autant d’absents dans une période où tu enchaînes les matchs et les défaites, c’est délicat."

La formation liégeoise
En plus d’être consultant pour Telenet, Eric Van Meir est assistant de Wesley Sonck, en charge des U-19 de l’équipe nationale belge. "Le Standard a tout de même un gros avantage par rapport à Charleroi : ses jeunes. Les Rouches possèdent un bon gardien, jeune et belge. Je ne veux pas dire que Penneteau n’est pas bon. Mais Bodart méritait sa deuxième place au Soulier d’or, dans la catégorie réservée aux gardiens. Puis il y a Raskin et Siquet, à qui j’ai également eu affaire avec la sélection belge. Balikwisha, aussi, réalise de très bonnes choses. C’est vraiment un gros point positif pour le futur."

Côté hennuyer, il y a Ken Nkuba qui a fêté sa première titularisation au Cercle Bruges, en décembre. "C’est vraiment dommage qu’il se soit blessé de la sorte. Il faisait partie de la dernière sélection U-19, en septembre dernier. J’étais fier de le voir titularisé à Bruges. Puis il y a cette blessure aux ligaments croisés, une catastrophe. C’était vraiment un exemple pour moi : un jeune joueur qui s’entraîne avec les pros et qui pouvait apporter sa vitesse, sa volonté et sa fraîcheur."

"Les ligaments croisés après une semaine à Charleroi"
Eric Van Meir est très nostalgique au moment d’évoquer son passage au Mambourg. "J’avais 23 ans quand je suis passé de la D3 avec Berchem à Charleroi. Ma première année a été difficile : après une semaine, je me blesse aux ligaments croisés du genou. Out huit mois ! Il y avait la barrière de la langue ; ce n’était pas évident pour un Flamand d’arriver dans un club wallon. L’inverse était vrai également. Je suis resté plâtré six mois, sans pouvoir aller au club. Heylens est parti et Peruzovic est arrivé. Mais ma deuxième saison, je me suis bien adapté, avec Waseige. Pour moi, Charleroi a été la plus belle période de ma carrière. On a joué la Coupe d’Europe, puis il y a eu cette finale de Coupe de Belgique perdue en 1993 contre le Standard."

L’ancien Diable a également apprécié l’ambiance qui régnait dans le Hainaut, à son époque. "Après les matchs, je restais toujours boire un verre et j’allais dormir chez Roch Gérard ou manger chez Dante Brogno. C’était un club très familial, où je me sentais bien. À Anderlecht, par exemple, ce n’était pas possible d’avoir de telles relations. C’était nettement plus froid. Si je suis parti c’était juste à cause des trajets, car j’habitais à Anvers. Au Lierse aussi, les gens étaient très chaleureux, tout comme au Standard d’ailleurs. Sauf que là, j’avais déjà 34 ans quand je suis arrivé et je me suis blessé quelques mois après. Ce que j’ai adoré, c’est de jouer devant près de 30 000 personnes. C’était impressionnant…"

"L’année du titre, j’ai mis 16 buts en 30 matchs"
La plus grande fierté de l’Anversois ? Faire partie du onze du siècle dans trois des quatre clubs où il a évolué. Puis avoir été sélectionné pour trois éditions de la Coupe du monde (1994, 1998 et 2002). Même s’il n’a été titularisé qu’à une seule reprise en phase finale, contre le Japon en 2002, avec à la clef deux passes décisives, pour Wilmots et Vander Heyden (2-2). "C’était quand même le match d’ouverture, devant 70 000 personnes, se souvient-il. C’était Robert Waseige l’entraîneur ; il m’a toujours donné beaucoup de confiance. Finalement, il a été le fil rouge de ma carrière."

Son autre grand moment, cela a été le titre de champion avec le Lierse lors de la saison 1996-1997. "C’était la dernière année de Gerets au club. Il avait remarqué que les défenseurs marquaient facilement, donc il demandait aux attaquants de travailler énormément. Les quatre défenseurs (De Roover, Van Kerckhoven, Brocken et lui) ont marqué 30 buts, cette saison-là. Moi, j’en ai planté 16 en 30 matchs. J’ai été meilleur buteur du club trois fois en cinq ans."

La DH
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 23:00

Willems très incertain contre le Standard, Dessoleil légèrement touché et Teodorczyk de retour

Karim Belhocine devra à nouveau se passer de pas mal de joueurs pour le déplacement à Sclessin.

L’infirmerie du Sporting est toujours bien remplie. La sélection pour la rencontre de ce dimanche (18h15) au Standard n’est pas encore tombée officiellement et quelques doutes subsistent. « Dorian Dessoleil est resté aux soins ce mercredi et ce jeudi », a annoncé Karim Belhocine, qui devrait toutefois pouvoir compter sur son défenseur central. Ce qui ne devrait pas être le cas de Steeven Willems, sorti sur blessure à Ostende. « On verra ce samedi comment évolue sa blessure », a grimacé l’entraîneur en conférence de presse.

Van Cleemput, remplacé après une quinzaine de minutes par Hendrickx ce mardi à Anderlecht pour des soucis musculaires, est forfait, tout comme Zajkov et Goranov. Rémy Descamps, bloqué au niveau du dos avant le déplacement au Lotto Park, est, lui, incertain. Teodorczyk, malade fin de semaine passée, devrait figurer dans la sélection de Karim Belhocine.

Diandy, Nkuba, Mandanda et Flanagan, qui a raté ses tests médicaux en Pologne, ne seront pas de la partie non plus.

La DH
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Sam 23 Jan - 23:24

Brogno et Teklak : "On aborde souvent un Standard-Charleroi pour ne pas le perdre"

[Vous devez être inscrit et connecté pour voir ce lien]
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par Darvadehors Lun 25 Jan - 19:48

bon je suis meme pas deçu ,c est grave
Darvadehors
Darvadehors
Modérateur

Messages : 46
Date d'inscription : 13/01/2021

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par english man Lun 25 Jan - 21:37

On a pas mal joué et les joueurs on montrés qu'ils en voulaient mais quand ta défense prend l'eau de toute part avec un Kayembe cuit qui doit tout joué, un Diagne qui a un niveau indigne de la D1A un Dessoleil qui joue surement un peut blesser et bien tu a rien a revendiqué tu perdra toujours !!!
On verra ici avec les arrivées en urgence du Gantois et du mauves si cela ira un peut mieux mais il est temps a gauche de récupérer Goranov pour enfin donner une solution de rechange a Kayembe
english man
english man
Junior
Junior

Messages : 187
Date d'inscription : 15/01/2021
Age : 49
Localisation : Sur les falaises de Douvres

Revenir en haut Aller en bas

21 eme journee Empty Re: 21 eme journee

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum