Forum des fans du Sporting de Charleroil
Vous souhaitez réagir à ce message ? Créez un compte en quelques clics ou connectez-vous pour continuer.
Le Deal du moment : -50%
WiMiUS S27 – Mini projecteur portable rotatif ...
Voir le deal
69.99 €
Le Deal du moment :
Boîte Avant-Première Star Wars Unlimited ...
Voir le deal

mercato standard

Aller en bas

mercato standard  Empty mercato standard

Message par Darvadehors Ven 15 Jan - 9:12

Qui est Joao Klauss, le nouvel attaquant du Standard ? "Une machine à tirer au but mais aussi un joueur d’équipe"

StandardPortrait05:14
Maxime Jacques

Abonnés Publié le 15-01-21 à 06h39 - Mis à jour le 15-01-21 à 08h49
Du sud du Brésil à Hoffenheim, portrait de Joao Klauss, le nouvel attaquant rouche.
Qui est Joao Klauss, le nouvel attaquant du Standard ? "Une machine à tirer au but mais aussi un joueur d’équipe"
© BUREAUX RÉGIONAUX
AddThis Sharing Buttons
Share to WhatsApp
Share to FacebookShare to TwitterShare to ImprimerShare to EmailShare to Plus d'options...
1
DH Les Sports+ | podcast

Qui est Joao Klauss, le nouvel attaquant du Standard ? "Une machine à tirer au but mais aussi un joueur d’équipe"
05:13
% buffered
00:00
Écoutez tous nos podcasts

Je suis né au Brésil, j’ai un passeport italien, j’ai découvert l’Europe en Allemagne, j’ai été élu meilleur joueur de Finlande avant de flamber en Autriche et je m’apprête à découvrir la Belgique. Je suis, je suis, je suis ?

La question pourrait faire partie d’un quizz spécial ballon rond. Sa réponse : le nouvel attaquant du Standard.

À 23 ans à peine, Joao Klauss de Mello, de son nom complet, a déjà pas mal bourlingué. Né dans la ville côtière de Criciúma, dans le sud du Brésil (200 000 habitants), ce fils d’un père allemand et d’une mère italienne est du genre précoce. Il n’avait pas encore 10 ans qu’il savait ce qu’il voulait faire de sa vie : devenir footballeur professionnel.

Un choix personnel mais aussi familial pour un enfant pour qui tout ne fut pas facile. Entre le divorce de ses parents, son déménagement dans l’immense ville de Porto Alegre, où la criminalité côtoie la pauvreté et le pensionnat, Klauss forge son caractère dès le plus jeune âge. Ballon au pied.

À 14 ans, il rejoint Juventude. Puis Gremio dès l’année suivante, le club mythique qui a vu grandir des talents comme Ronaldinho ou Maicon. En 2017, Klauss franchit l’Atlantique pour rejoindre l’Allemagne de son papa. Où il est mis sous contrat par Hoffenheim.
Une razzia lors du gala de fin de saison finlandais

Le contraste avec le soleil brésilien est saisissant. Mais les exemples de joueurs comme Roberto Firmino ou Luiz Gustavo, eux aussi passés par là, l’incitent à l’optimisme. Une saison avec l’équipe B conclue avec cinq buts incite le club allemand à prêter son jeune attaquant pour qu’il s’aguerrisse.

Le choix se porte sur la Finlande et le HJK Helskinki, qui vient de perdre son attaquant colombien Alfredo Morelos, parti chez les Rangers. Il s’avère très vite payant.

"C’est le moins que l’on puisse dire", avance Ari Virtanen, journaliste sportif pour Helsingin Sanomat, le plus grand quotidien du pays. "Lors du gala de fin de la saison, Klauss a terminé meilleur buteur, meilleur joueur et meilleur nouveau transfert. Cela résume tout. Il a été très régulier, en marquant lors de 23 matchs différents. Il avait la chance d’évoluer dans une équipe dont le style de jeu lui permettait de se créer énormément d’occasions. C’était une machine à tirer au but. Il a été le joueur qui a le plus frappé sur l’ensemble de la saison : 101 fois ! Et 55 d’entre eux étaient cadrés."

Une belle performance pour un joueur alors âgé de 20 ans à peine. "Il évoluait comme pivot et avait une grosse capacité à garder le ballon. Pour sa taille, c’est également un joueur rapide. Et qui pressait énormément."

Malgré son mètre 90, ce n’est pas spécialement de la tête que Klauss se faisait remarquer. "Il est surtout bon des deux pieds", pointe Rafinha, l’ancien Gantois qui a été l’équipier et le… traducteur du néo-Rouche durant sa période à Helskinki. "À chaque fois qu’il était élu homme du match, je devais aller devant les caméras avec lui car il ne parlait ni anglais ni finlandais", se marre son compatriote brésilien. "Mais pour en revenir à ses qualités, ce n’est pas seulement un finisseur. Il n’est pas du genre à seulement attendre les ballons dans le rectangle. C’est aussi un joueur d’équipe, un gros bosseur. Il me fait un peu penser à Laurent Depoitre. Il est très mobile et il est également capable de faire en sorte que ce soit ses équipiers qui se créent des occasions."

Des qualités qui lui permettent de terminer son année en prêt à Helskinki avec un titre de champion mais surtout 24 buts et 5 assists en 42 matchs. Solide.
Deuxième prêt, deuxième réussite

Dans la foulée, Hoffenheim lui fait signer un nouveau bail. Puis le prête à LASK Linz, en Autriche, en janvier 2019, pour qu’il poursuive son développement. Un message reçu cinq sur cinq.

"Il formait un duo brésilien très costaud avec Joao Victor, avant que ce dernier ne rejoigne Wolfsburg", se souvient Roland Streinz, journaliste pour Sky Autriche. "Si Victor a été si décisif, c’est en grande partie grâce à Klauss. C’est vraiment un garçon qui joue pour le collectif. Grâce à son impact physique et sa capacité à jouer dos au but, il offre de nombreuses possibilités aux ailiers qui évoluent à ses côtés. Tout en ayant un rendement impressionnant devant le but adverse."

Comme l’indiquent ses 24 buts en 61 matchs avec LASK, dont celui inscrit sur penalty face au Club Bruges en barrage de Ligue des champions, malgré la défaite des siens.

Après ce deuxième prêt réussi, Joao Klauss revient à Hoffenheim. Pour, cette fois, y exploser. Mais la concurrence d’Andrej Kramaric (avant sa blessure) puis d’Ishak Belfodil, l’ancien Standardman, ne lui laisse que des miettes : 405 minutes de temps de jeu. Dont une titularisation discrète en Europa League face à Gand le 10 décembre dernier. Trop peu pour un joueur de 23 ans qui doit continuer sa progression. Et sur qui Sébastien Hoeness ne semble pas faire confiance.
La Pro League pour continuer à rêver de Seleçao

Conscient qu’il y a une bonne affaire à réaliser cet hiver, Malines et le Standard, qui suivent le joueur depuis plusieurs mois, activent la piste. Et ce sont finalement les Rouches qui décrochent la timbale dans le cadre d’un prêt de 18 mois. Et fondent de grands espoirs sur leur nouvel attaquant.

"J’ai discuté avec Joao avant qu’il ne choisisse le Standard , termine Rafinha. Je lui ai dit que la Pro League était un championnat très compétitif et que la vie en Belgique allait lui plaire. J’ai blagué en lui disant que je préférerais qu’il rejoigne Gand mais je suis certain qu’il sera un bon attaquant pour le Standard. En réalité, ce serait un bon attaquant pour n’importe quel grand club en Belgique vu ses qualités. Et c’est un super mec, assez calme mais social. L’équipe et le staff pourront compter sur lui en toutes circonstances. Je pense qu’il va bien s’en tirer chez les Liégeois."

Ce qui permettrait à Klauss de se rapprocher de son rêve : une sélection avec la Seleçao.
AddThis Sharing Buttons
Share to WhatsApp"en voyant la photos j ai cru qu un gars arrivait chez les zèbres lol!
Darvadehors
Darvadehors
Modérateur

Messages : 46
Date d'inscription : 13/01/2021

Revenir en haut Aller en bas

mercato standard  Empty Re: mercato standard

Message par Darvadehors Ven 15 Jan - 15:32

quand je pense que la justification au non transferts est , ils seront pas pret .................et ça???
Mbaye Leye peut compter sur son nouvel attaquant : "Joao Klauss est apte pour jouer dimanche au Cercle"

Standard
Maxime Jacques

Publié le 15-01-21 à 14h52 - Mis à jour le 15-01-21 à 14h54
L’entraîneur du Standard est heureux de l’arrivée de son nouvel attaquant, qui s’est déjà entraîné deux fois avec le groupe.
Mbaye Leye peut compter sur son nouvel attaquant : "Joao Klauss est apte pour jouer dimanche au Cercle"
© BELGA
AddThis Sharing Buttons
Share to WhatsApp
Share to FacebookShare to TwitterShare to ImprimerShare to EmailShare to Plus d'options...
Pour son deuxième match en tant que T1 des Rouches, Mbaye Leye se rend à Bruges. Au Cercle. Avec quelques incertitudes sur son noyau. "On doit attendre un peu avant de prendre des décisions définitives", explique le coach liégeois.
"Gojko Cimirot doit repasser un test PCR. S’il est négatif, il sera présent. Je dois également m’entretenir avec le docteurs pour évaluer la fin de la quarantaine de Kostas Laifis. Quant à Aleksandard Boljevic, il a des petites douleurs aux genoux. Et Collins Fai, toujours blessé aux adducteurs, est out."
"Je suis content d'avoir ce profil dans mon groupe"
Par contre, Joao Klauss, le nouvel attaquant du Standard, sera bien présent. "Il pourra être qualité. Il a fait ses tests VMA, qui étaient bons, puis il s’est déjà entraîné à deux reprises avec le groupe. On voit qu’il a une discipline allemande, même s’il est brésilien. C’est bien cela amène de la rigueur. Il a de la taille et une bonne mentalité. Espérons qu’il soit un plus pour nous. Je suis content d’avoir ce profil dans mon groupe : il est mobile, il presse, il sait jouer en combinaison, il marque des buts. Mais ça, c’est sur papier, on verra s’il est à la hauteur de nos ambitions."
Son arrivée semble, dans tous les cas, fermer définitivement la porte d’un retour d’Obbi Oulare et Felipe Avenatti dans le noyau A. "C’est difficile pour moi de parler de leur situation mais aujourd’hui, j’ai quatre attaquants avec Klauss, Muleka, Tapsoba et Cop. Nous sommes bien fournis dans ce secteur", termine Leye, qui espère que ses hommes confirmeront les bonnes choses montrées face à Waasland-Beveren.
AddThis Sharing Buttons
Share to WhatsApp
Darvadehors
Darvadehors
Modérateur

Messages : 46
Date d'inscription : 13/01/2021

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum